Une erreur est survenue dans ce gadget

mercredi 16 février 2011

Le Taj Mahal


J’ai loué une voiture avec chauffeur pour me rendre à Agra. Je pense que c’est une meilleure idée car il pourra me conduire où je veux et je pourrai rentrer à Delhi quand bon me semblera. Alors ca coûte très cher, sans parler du supplément spécial pigeon.

Le voyage
Le type arrive à l’heure indienne et Himanshu s’assure avec lui que je serai bien traité. 4 heures de route s’annoncent à nous. On traverse pas mal de bidonvilles et de quartiers très pauvres, les gens observent à mort notre voiture, qui n’a pourtant rien d’une Mercedes. Je comprend après 10 minutes qu’il y’a marqué en gros TOURIST sur le haut du pare-brise...
La route en dehors de cela est plutôt monotone. J’en profite pour faire un petit somme quand je suis réveillé par une manifestation de Muslims qui à lieu dans un des villages que nous traversont. Le chauffeur me dit dans un anglais accentué : «These are bad people, Muslims» - c’est lui qui l’a dit hin -. Les gens du coin n’ont pas l’air très content de voir arriver tout ce bruit et ils leur hurlent de partir. A mon avis, il fait pas bon traîner dans ce coin vu l’ambiance tendue. Le chauffeur n’a pas l’air lui-même très à l’aise et se dégage rapidement pour passer la 4ème vitesse.

On s’arrête un moment, il doit aller payer je ne sais quoi à ce qu’il appelle le «Border». Il me demande d’attendre dans la voiture. Un dresseur de singe essaie de me vendre une photo avec son gagne pain, qui multiplie les galipettes et les tours de cirque. Mais je préfère rester dans la voiture, parce que tout autour rôde un travesti sidaïque en sari. Assez trash je dois dire.
Le chauffeur me propose de s’arrêter plus loin boire un coup et aller aux toilettes. Il me dépose dans un bon traquenard à touristes, où je retrouve tous mes amis pigeons américains, japonais, français et que sais-je encore. Pas de vente agressive au niveau des objets souvenirs mais par contre le serveur du coin resto me pose à une table. Je prend un coca et un plat de vegetables pakoras, des beignets de légumes frits.
Les serveurs me regardent et rigolent entre eux. Ils ont l’air de penser que je suis japonais et s’étonnent de la quantité de sauce chili que je m’enfile.
Au moment de l’addition, je me retrouve bien à payer ce qui était indiqué sur la carte, soit 276 roupies (4,45 Euros selon mon app sur l’iPhone.) Je propose au serveur de lui filer un billet de 5 Euros et qu’il garde la monnaie, pour une fois que je me fais pas alpaguer comme de la viande pour acheter de la daube à 5000 roupies... Mais là ça se passe mal.
Il me sort une calculette et me fait un calcul foireux avec un taux de conversion cheulou qui fait que je lui doit genre 5 Euros et des brouettes. Je refuse, lui montre mon iPhone et lui dit avec mon plus bel accent indien : «A computer doesn’t lie my frrrriend» il semble dans l’embarras parce que je le regarde très mal, genre, t’es pas tobé surle bon pigeon bro’. Il appelle carrément le patron du resto. Alors le type me refait son calcul sans sens, me parle de la fluctuation des taux de change, de leur différence entre Delhi et Agra et je ne sais quoi. Au bout de 5 minutes de blablatage, je profite largement de la présence de touristes pour commencer à taper un scandale. Le mec me dit que finalement je lui doit donc 5 Euros, allez comprendre.
Moralité : n’ayez pas peur de ne pas vous laisser faire, ils sont pas très malins au final.
On reprend la route et on arrive 4h30 après. Je ne m’attendais pas à cela mais il passe dans un quartier à côté pour chercher un type à l’anglais parfait... Donc je vais me taper un guide pendant ma visite du Taj...

Le guide et le Taj Mahal
Le guide m’emmène donc à pied vers le Taj Mahal. Les voitures ne peuvent s’en approcher, la pollution pouvant noircir le monument. Pendant notre marche, il établit mon profil pigeonnique, m’explique qu’il va me faire la visite complète et tout ça et tout ça. On arrive par une porte réservée aux personnes ayant les tickets les plus chers et je le vois en acheter un à un vendeur de rue.
En fait, il achète un ticket déjà utilisé de la journée pour me refaire entrer avec. Soit, passons. Là où c’est cool, c’est que manifestement il connait les meilleurs plans carotte pour me faire couper la file. Je vais donc attendre seulement 10 minutes avant de passer le contrôle, alors que la queue derrière moi est aussi longue que le Gange.
Au contrôle, le garde me demande d’ouvrir mon sac et refuse l’entrée à cause du Macbook. Là encore, le guide négocie et lui file un bakchich de 50 roupies. On entre dans le site du Taj Mahal en passant par une des immenses portes qui se dresse aux quatres coins de celui-ci.
Le guide est plutôt sympa et détendu, il explique bien et me file les meilleurs coins photos du site. Apparemment il est plutôt connu dans le coin car tous les autres guides se poussent quand il arrive. Ca fait un peu VIP tout ça mais c’est cool. On arrive devant le Taj-Mahal et il m’explique d’autres choses, notamment que le Temple à été financé à hauteur de l’équivalent de 16 Millions de dollars par les deniers publics. Il a prévu des protections pour nous éviter de retirer nos chaussures et on entre dans le Temple. Il me montre les détails du Temple, me raconte son histoire etc etc. Le Taj Mahal présente pas mal d’illusions d’optiques, c’est assez drôle à voir.
La visite est intéressante et on s’en va sur une photo qu’il a tenu à faire à mes côtés.








Le pigeon, le retour
On rejoint le chauffeur et ils m’emmènent «voir quelque chose». Je sens le guet-apens. Bien vu, je finis dans un pigeonnier où l’on essaie de me vendre des black stones, fierté d’Agra parce que y’en à plein incrusté sur le Taj Mahal. Y’en a sous toutes les formes, en pendentif, en colliers, en boucles d’oreilles, en bague, en rien. Je dois avouer que sur ce coup, le fait d’être célibataire c’est déjà plutôt cool pour se tirer de là, au grand désespoir de mon guide qui surveille patiemment ma discussion avec le vendeur.
On passe de boutique en boutique, c’est un peu fatiguant, mais je ne lâche pas l’affaire en invoquant diverses excuses pour ne rien acheter. Et ça agaçe tout le monde. Pour qu’ils lâchent l’affaire, je finis par prendre un ou deux trucs pourris pour 300 roupies ce qui leur fout définitivement les boules et leur fait lâcher l’affaire.
Je paie le guide pour les frais de la visite, lui file un tip de quelques euros et je prend la route avec le chauffeur direction Delhi.

Finalité
J’ai vu le Taj Mahal, et c’est super cool. Je regrette un peu que l’endroit soit si «touristisé», fallait s’y attendre mais ca manque un peu d’âme et d’authenticité. Je préfèrais largement me retrouver perdu à l’arrache dans un Temple à Delhi.
En tous cas, le guide pour la visite c’est bien, ca permet pas mal de commodités et il est plutôt marrant. Il connait vraiment les meilleurs spots pour faire de belles photos. Avec lui, on peut se faire prendre en photo avec le Taj Mahal pour se la péter auprès de ses potes. Par contre voilà, il va vous traîner dans des boutiques super chères et vous harceler, that’s the game, faut faire avec.

J’arrive à Delhi vers les coup de 20h30, je demande au chauffeur de me lâcher à Connaught. Je pense que je vais finir au KFC. Ce soir je verrai Himanshu et lui demanderai où manger un bon Thali.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire